Pron.

A

La lettre a sert à écrire le son / a /.

 (-go) qui signifie « eau » s’écrit aiga.

a atone final se prononce (o) ou (a). Ainsi, selon les régions, le mot tina qui signifie « cuve » se prononce (ti-no) ou (ti-na). Autres exemples : Borea (bou--io) (bou--ia) « Borée » ; contenta (koun-tén-to) (koun-tén-ta) « contente » ; corona (kou-rou-no) (kou-rou-na) « couronne » ; èra (è-ro) (è-ra) « il était / elle était » ; fina (fi-no) (fi-na) « fine » ; fuma (fu-mo) (fu-ma) « il fume / elle fume » ; Niça (ni-so) (ni-sa) « Nice » ; ola (ou-lo) (ou-la) « marmite » ; ora (ou-ro) (ou-ra) « heure » ; parla (par-lo) (par-la) « il parle / elle parle » ; paura vida (paou-ro vi-do) (paou-ra vi-da) « pauvre vie » ; rota (rou-to) (rou-ta) « route ». Remarques : l’élision se réalise soit au profit de la voyelle initiale du mot suivant soit au profit du a final ; ainsi, selon les régions, coma un rei qui signifie « comme un roi » se prononce (kou mén réï) ou (kou mon réï) ; selon les régions, as atone final se prononce (o), (oh), (a) ou (os) comme dans Intras (ïn-tro, ïn-troh, ïn-tra, ïn-tros) « Intres ». Autres exemples : de bolas (dé bou-lo) (dé bou-loh) (dé bou-la) (dé bou-los) « des boules », doncas (doun-ko) (doun-ka) « donc ».

a prétonique se prononce (o) ou (a). Ainsi, selon les régions, le motanar qui signifie « aller » se prononce (o-na) ou (a-na). Autres exemples : acampar (o-kon-pa) (a-kan-pa) « ramasser » ; Africa (o-fri-ko) (a-fri-ko) « Afrique » ; Alambre (o-lon-bré) « Alambre » ; alhet (o-lié) (a-lié) « ail » ; anèla (o--lo) (a--lo) « anneau » ; avocat (o-vou-ka) (a-vou-ka) « avocat » ; balena (bo--no) (ba--no) « baleine » ; calabèrt (ko-lo-bèr) (ka-la-bèr) « hangar » ; davalar (do-vo-la) (da-va-la) « descendre » ; garir (go-ri) (ga-ri) « guérir » ; jamai (dzo-maï) (dza-maï) « jamais » ; La Fara (lo fa-ro) (la fa-ro) « Lafarre » ; La Socha (lo sou-tso) (la sou-tso) « La Souche » ; Mariac (mo-ria) (ma-ria) « Mariac » ; ostalon (ous-to-lou) (ous-ta-lou) « petite maison » ; parapluèia (po-ro-plè-io) (pa-ra-plè-io) « parapluie » ; parlar (por-la) (par-la) « parler » ; parpalhon (por-po-liou) (par-pa-liou) « papillon » ; saïn (so-i) (sa-ïi) « saindoux » ; Sampzon (son-zou) (san-zou) « Sampzon » ; talon (to-lou) (ta-lou) « talon » ; Valon (vo-lou) (va-lou) « Vallon Pont d’Arc ».

a prétonique se prononce (o) ou (a). Ainsi, selon les régions, le mot anar qui signifie « aller » se prononce (o-na) ou (a-na). Autres exemples : acampar (o-kon-pa) (a-kan-pa) « ramasser » ; Africa (o-fri-ko) (a-fri-ko) « Afrique » ; Alambre (o-lon-bré) « Alambre » ; alhet (o-lié) (a-lié) « ail » ; anèla (o--lo) (a--lo) « anneau » ; avocat (o-vou-ka) (a-vou-ka) « avocat » ; balena (bo--no) (ba--no) « baleine » ; calabèrt (ko-lo-bèr) (ka-la-bèr) « hangar » ; davalar (do-vo-la) (da-va-la) « descendre » ; garir (go-ri) (ga-ri) « guérir » ; jamai (dzo-maï) (dza-maï) « jamais » ; La Fara (lo fa-ro) (la fa-ro) « Lafarre » ; La Socha (lo sou-tso) (la sou-tso) « La Souche » ; Mariac (mo-ria) (ma-ria) « Mariac » ; ostalon (ous-to-lou) (ous-ta-lou) « petite maison » ; parapluèia (po-ro-plè-io) (pa-ra-plè-io) « parapluie » ; parlar (por-la) (par-la) « parler » ; parpalhon (por-po-liou) (par-pa-liou) « papillon » ; saïn (so-i) (sa-ïi) « saindoux » ; Sampzon (son-zou) (san-zou) « Sampzon » ; talon (to-lou) (ta-lou) « talon » ; Valon (vo-lou) (va-lou) « Vallon Pont d’Arc ».

a (ou à) tonique se prononce généralement (a). Les mots quatre et fàcia qui signifient respectivement « quatre » et « face » se prononcent (ka-tré) et (fa-sio). Remarque : l’accent grave indique la place de l’accent tonique dans le mot et n’altère pas la prononciation de la voyelle. Autres exemples : àpia (a-pio) « hache / cognée » ; jàbia (dza-bio) « cage » ; parle ~ parlo ~ parli (par-lé ~ par-lou ~ par-li) « je parle » ; se mària (doublet de se marida) (sé -rio) « il se marie / elle se marie ». Remarque : selon les régions, la forme verbale a qui signifie « il a / elle a » se prononce (o) ou (a) ainsi que la terminaison du futur qui en est issue ; on a ainsi a set (o ) (a ) « il a soif / elle a soif », a sòm (o souon) (a souon) « il a sommeil / elle a sommeil » ;  dirà (di-ro) (di-ra) « il dira / elle dira »,  florirà (flou-ri-ro) (flou-ri-ra) « il fleurira / elle fleurira », fumarà (fu-mo-ro) (fu-ma-ro) (fu-ma-ra) « il fumera, elle fumera » ; vendrà (vén-dro) (vén-dra) « il viendra / elle viendra », etc…

a (ou à) tonique suivi de m, n ou nh se prononce (o) ou (a). Ainsi, selon les régions, le mot flama qui signifie « flamme » se prononce (flo-mo) ou (fla-mo), le mot bana qui signifie « corne » se prononce (bo-no) ou (ba-no) et le mot montanha qui signifie « montagne » se prononce (moun-to-nio) ou (moun-ta-nio). Autres exemples : abondància (o-boun-don-sio) (o-boun-dan-sio) « abondance » ; an (on) (an) « ils ont / elles ont » ; an dau bissèxt (on doou bi-sès) (an doou bi-sès) « année bissextile » ; blanc (blon) (blan) « blanc » ; chambra (tson-bro) (tsan-bro) « chambre » ; cisampa (si-zon-po) (si-zan-po) « fort vent du nord » ; cranh (kron) (kran) « il craint / elle craint » ; deman (dé-mo) (dé-man) « demain » ; eissam (éï-son) (éï-san) « essaim » ; fan (fon) (fan) « ils font / elles font » ; floriràn (flou-ri-ron) (flou-ri-ran) « ils fleuriront / elles fleuriront ; gran (gro) (gra) « grain » ; grana (gro-no) (gra-no) « graine » ; lana (lo-no) (la-no) « laine » ; manca cinc (mon-ko sïn) (man-ko sïn) « moins cinq » ; plànher (plo-nié) (pla-nié) « plaindre » ; Sant Joan (son dzouon) (san dzouan) « Saint-Jean » ; Sant Julian (son dzu-lio) (san dzu-lia) « Saint-Julien » ; van (von) (van) « ils vont / elles vont ». Remarque : l’accent grave indique la place de l’accent tonique dans le mot et n’altère pas la prononciation de la voyelle.

aa final se prononce (a) ou (a-io). Ainsi, selon les régions, le mot civaa (doublet de civada) qui signifie « avoine » se prononce (si-va) ou (si-va-io). Autres exemples : matinaa (doublet de matinada) (mo-ti-na) (mo-ti-na-io) « matinée » ; praa (doublet de prada) (pra) (pra-io) « prairie » ; viaa (via) « chose ».

se prononce (èï) ou (éï). Ainsi, selon les régions, le mot chaëna(triplet de chadena et cadena) qui signifie « chaîne » se prononce (tsèï-no) ou (tséï-no).

se prononce () ou (o-). Ainsi, selon les régions, le mot Rafaèl qui signifie « Raphaël » se prononce (ro-faè) ou (ro-fo-ièr).

ai atone se prononce (èï), (oï), (aï), (éï), (é) ou (i). Ainsi, selon les régions, le mot aicí qui signifie « ici » se prononce (èï-si), (oï-si), (aï-si), (éï-si) ou (i-si). Autres exemples : aigreta (èï-gré-to) (é-gré-to) « oseille » ; ailai (èï-laï) (oï-laï) (aï-laï) (éï-laï) (é-laï) (i-laï) « là-bas » ; bailar (bèï-la) (boï-la) (baï-la) (béï-la) (bé-la) (bi-la) « donner » ; laissar (lèï-sa) (loï-sa) (laï-sa) (léï-sa) (lé-sa) (li-sa) « laisser » ; Lo Chailar (lou tsèï-la) (lou tsoï-la) (lou tsaï-la) (lou tséï-la) (lou tsé-la) (lou tsi-la) « Le Cheylard » ; mairina (mèï-ri-no) (moï-ri-no) (maï-ri-no) (méï-ri-no) (mé-ri-no) « marraine » ; pairin (pèï-ri) (poï-ri) (paï-ri) (péï-ri) (pé-ri) « parrain » ; pairòu (pèï-roou) (poï-roou) (pi-roou) « chaudron » ; taisson (tèï-sou) (toï-sou) (taï-sou) (téï-sou) (té-sou) « blaireau ».

ai tonique se prononce (), (èï), (è) ou (é). Ainsi, selon les régions, le mot aiga qui signifie « eau » se prononce (-go), (èï-go), (è-go) ou (é-go). Autres exemples : baila (baï-lo) (bèï-lo) « il donne / elle donne » ; caire (kaï-ré) (-ré) « coin, angle » ; chaçaire (tso-saï-ré) (tsa-sèï-ré) « chasseur » ; fai (faï) « il fait / elle fait » ; faire (faï-ré) (fèï-ré) (-ré) « faire » ; laida (laï-do) (lèï-do) « laide » ; laisse ~ laisso ~ laissi (laï-sé ~ laï-sou ~ laï-si) « je laisse » ; maigre (maï-gré) « maigre » ; paire(paï-ré) (pèï-ré) « père » ; vai (vaï) « il va / elle va ». Remarques : selon les régions, la forme verbale ai qui signifie « j’ai » se prononce (èï), (éï) ou () ainsi que la terminaison du futur qui en est issue comme dans vendrai (vén-drèï) (vén-dréï) (vén-draï) « je viendrai ». Autres exemples : dirai (di-rèï) (di-réï) (di-raï) « je dirai » ;  florirai (flou-ri-rèï) (flou-ri-réï) (flou-ri-raï) « je fleurirai ».

ao se prononce (oou) ou (o). Ainsi, selon les régions, le mot saola(doublet de sadola) qui signifie « repue » se prononce (soou-lo). Autre exemple : amaossa (o-moou-so) () « fraise ».

aor final se prononce (oou) ou (o) ou (or). Ainsi, selon les régions, le mot mochaor (triplet de mochador et mocador) qui signifie « mouchoir » se prononce (mou-tsoou), (mou-tso) ou (mou-tsor).

se prononce (o-u), (a-u), (èï) ou (œ). Ainsi, selon les régions, le mot saüc (doublet de sambuc) qui signifie « sureau » se prononce (so-u), (sa-u) ou (). Autres exemples : amaürar (doublet de amadurar) (o-mo-u-ra) (a-ma-u-ra) « mûrir » ; copaüra (doublet de copadura) (kou-pèï-ro) « coupure » ; enflaüra (doublet de enfladura) (é-flèï-ro) « enflure » ; maür (doublet de madur) (mo-ur) (ma-ur) « mûr » ; maüra (doublet de madura) (mo-u-ro) « mûre ».

au atone se prononce (oou), (aou), (o), (ouou) ou (ou). Ainsi, selon les régions, le mot raubar qui signifie « voler » se prononce (roou-ba), (raou-ba), (ro-ba), (rouou-ba) ou (rou-ba). Autres exemples : aubergina (oou-bér-dzi-no) (aou-bér-dzi-no) (o-bér-dzi-no) (ou-bér-dzi-no) « aubergine » ; aubespin (oou-bès-pi) (aou-bès-pi) (o-bès-pi) (ou-bès-pi) « aubépine » ; aumentar (oou-mén-ta) (aou-mén-ta) (o-mén-ta) (ou-mén-ta) « augmenter » ; auràn (oou-ron) (aou-ron) (o-ron) (ou-ron) « ils auront / elles auront » ; ausar (oou-za) (aou-za) (o-za) (ou-za) « oser » ; chaufar (tsoou-fa) (tsaou-fa) (tso-fa) (tsou-fa) « chauffer » ; Laurac (loou-ra) (laou-ra) « Laurac » ; laurar (loou-ra) (laou-ra) « labourer » ; quauqu’un (koou-ku) (kaou-ku) (ko-ku) (kou-ku) « quelqu’un » ; sautar (soou-ta) (saou-ta) (so-ta) (sou-ta)  « sauter » ; sauvatge (soou-va-dzé) (saou-va-dzé) (so-va-dzé) (sou-va-dzé) « sauvage ».

au tonique se prononce (aou) (oou) ou (o). Ainsi, selon les régions, le mot sauma qui signifie « ânesse » se prononce (saou-mo) (soou-mo) ou (so-mo). Autres exemples : aura (aou-ro) (oou-ro) « vent » ; chau(tsaou) (tsoou) « il faut » ; chaul (tsoou) (tsaou) « chou » ; fau (faou) « hêtre » ; fau (foou) (fo) « il faut » ; graule (graou-lé) (groou-lé) « frelon » ; mauva (maou-vo) (moou-vo) « mauve » ; naut (naou) « haut » ; pauc (paou) (poou) « peu » ; pause ~ pauso ~ pausi (paou-zé ~ paou-zou ~ paou-zi) (poou-zé ~ poou-zou ~ poou-zi) « je pose » ; portau (pour-taou) « portail » ; quauque (kaou-ké) (koou-ké) (ko-ké) « quelque » ; sauta (saou-to) « il saute / elle saute » ; saupre (soou-pré) « savoir » ; taula (taou-lo) (toou-lo) « table » ; vau (vaou) (voou) « je vais / il vaut / elle vaut ».

au tonique final se prononce (aou) ou (a). Ainsi, selon les régions, le mot clau qui signifie « clef » se prononce (klaou) (kliaou) ou (klia).

B

La lettre b sert à écrire le son / b /.

 (bé-lèou) qui signifie « peut-être » s’écrit benlèu.

b se prononce généralement (b). Le mot barba qui signifie « barbe » se prononce (bar-bo). Autres exemples : Bais (baï) « Baix » ; berbenar (bér-bé-na) « bougonner » ; Bauvena (boou--no) « Beauvène » ; Burzet (bur-) « Burzet ».

b final ne se prononce généralement pas. Le mot plomb qui signifie « plomb » se prononce (ploun).

bl se prononce (bl) ou (pl). Ainsi, selon les régions, le mot estable qui signifie « étable » se prononce (ès-ta-blé) ou (ès-ta-plé). Autres exemples : nèbla (-blo) (-plo) « brouillard » ; siblar (si-bla) (si-pla) « siffler » ; tibla (ti-blo) (ti-plo) « truelle ».

bt intervocalique se prononce (t). Le mot dobtar qui signifie « douter » se prononce (dou-ta). Autres exemples : lo sabte (lou sa-té) « le samedi ».

C

La lettre c sert à écrire le son / k /.

 (kouor-do) qui signifie « corde » s’écrit còrda.

c se prononce généralement (k). Le mot copar qui signifie « couper » se prononce (kou-pa). Autres exemples : caire (kaï-ré) « coin » ; caissa (kaï-so) « caisse » ; candidat (kon-di-da) « candidat » ; còa (kouo-io) « il couve / elle couve » ; cocorda (kou-kour-do) « courge » ; començar (kou-mén-sa) « commencer ».

c devant e et i se prononce (s) ou (ch). Ainsi, selon les régions, le mot ceba qui signifie « oignon » se prononce (-bo) ou (ché-bo) et le mot cinc qui signifie « cinq »  se prononce (sïn) ou (chïn). Autres exemples : decembre (dé-sén-bré) (dé-chén-bré) « décembre » ; decision (dé-si-zïou) (dé-chi-jïou) « décision » .

c devant u se prononce (k), (t), (ti) ou (ki). Ainsi, selon les régions, le mot cubèrt qui signifie « toit » se prononce (ku-bèr), (tu-bèr) (tiu-bèr) ou (kiu-bèr). Autres exemples : curat (ku-ra) (tu-ra) (tiu-ra) (kiu-ra) « curé » ; escuma (ès-ku-mo) (ès-tu-mo) (és-kiu-mo) « écume »

c final se prononce (-), (t) ou (k). Ainsi, selon les régions, le mot amic qui signifie « ami » se prononce (o-mi), (o-mit) ou (o-mik). Autres exemples : blòc (blo) (blot) (blok) « bloc » ; Gilhòc (dzi-lio) (dzi-io) « Gilhoc-sur-Ormèze » ; Maubòsc (maou-bouos) « Malbosc » ; sac (sa) « sac »

cc se prononce (s) ou (ch). Ainsi, selon les régions, le mot vaccin qui signifie « vaccin » se prononce (vo-si), (vo-chi), (va-chi) ou (va-si).

cl devant a se prononce (kl), (kli) ou (ki). Ainsi, selon les régions, le mot clar qui signifie « clair » se prononce (klar), (kliar) ou (kiar). Autres exemples : clapet (klo-) (klio-) « tiède » ; clavelar (klo-vé-la) (klio-vé-la) (kio-vé-la) « clouer ».

ct se prononce (t). Le mot lectura qui signifie « lecture » se prononce (lé-tu-ro). Autres exemples : espectacle (ès-pé-ta-klé) « spectacle » ; prefectura (pré-fé-tu-ro) « préfecture » ; respectar (rès-pé-ta) « respecter » ; victime (vi-ti-mo) « victime ».

-

La graphie ç sert à écrire le son / s /.

 (sèï) qui signifie « ici » s’écrit çai.

ç intervocalique se prononce (s) ou (ch). Ainsi, selon les régions, le mot plaça qui signifie « place » se prononce (pla-so) ou (pla-cho). Autres exemples : avança (o-von-so) (o-von-cho) « avance » ; biaçon (bio-sou) (bio-chou) « petit casse-croûte » ; boçut (bou-su) (bou-chu) « bossu » ; chauçar (tsoou-sa) (tsoou-cha) « chausser » ; dançar (don-sa) (don-cha) « danser » ; Niça (ni-so) (ni-cho) « Nice ».

ç final se prononce (s), (h), (ch) ou (-). Ainsi, selon les régions, le mot braç qui signifie « bras » se prononce (bras), (brah) ou (bra). Autres exemples : bèç (bès) (bèh) () « bouleau » ; doç (dous) (douh) (dou) « doux » ; jaç (dzas) (dzah) (dzach) (dza) « litière ».

CH

La graphie ch sert à écrire le son / ts /.

 (tsi) qui signifie « chien » s’écrit chin.

ch se prononce généralement (ts), (tsi) ou (tch). Ainsi, selon les régions, le mot chaplar qui signifie « hacher » se prononce (tso-pla), (tsio-pla) ou (tcho-pla). Autres exemples : chamin (tso-mi) (tcho-mi) « chemin » ; chau (tsaou) (tchaou) « il faut » ; Chaumeirac (tsoou-méï-ra) (tchoou-méï-ra) « Chomérac » ; mascharar (mos-tso-ra) (mos-tsio-ra) (mos-tcho-ra) « barbouiller » ; poncha (poun-tso) (poun-tcho) « pointe » ; refreschar (ré-frès-tsa) (ré-frès-tcha) « rincer » ; ronchar (roun-tsa) (roun-tcha) « ronfler ».

ch final se prononce (-) ou (tch). Ainsi, selon les régions, le mot lach (doublet de lait ) qui signifie « lait » se prononce (la) ou (latch). Autres exemples : cuèch (doublet de cuèit) (kuè) (kuètch) « cuit » ; dich(doublet de dit) (di) (ditch) « dit » ; endrech (doublet de endreit) (én-dré) (én-drétch) « endroit » ; nuèch (doublet de nuèit) (nuè) (nuètch) « nuit »…

D

La lettre d sert à écrire le son / d /.

(dé-mo) qui signifie « demain » s’écrit deman.

d se prononce généralement (d). Le mot dent qui signifie « dent » se prononce (dén). Autres exemples :  donar (dou-na) « donner » ; Dornàs (dour-na) « Dornas ».

d devant i et u se prononce (d), (di), (dïi) ou (gui). Ainsi, selon les régions, le mot dire qui signifie « dire » se prononce (di-ré), ( dïi-ré) ou (guïi-ré). Autres exemples dedins (dé-dïn) (dé-diïn) (dé-guiïn) « dedans » ; dura (du-ro) (diu-ro) « dure ».

E

La lettre e sert à écrire le son / e /.

 (é-go-li-ta) qui signifie « égalité » s’écrit egalitat.

e atone final se prononce (é), (i) ou (è). Ainsi, selon les régions, le motòme qui signifie « homme » se prononce (o-mé), (o-mi) ou (o-mè). Autres exemples : aduère (o-duè-ré) (o-duè-ri) « apporter » ; ase (a-zé) (a-zi) « âne » ; autre (aou-tré) (aou-tri) (aou-trè) « autre » ; burre (bu-ré) (bu-ri) (bu-rè) « beurre » ; lèste (lès-té) (lès-ti) (lès-tè) « agile » ; maire (maï-ré) (maï-ri) (maï-rè) « mère » ; mariatge (mo-ria-dzé) (mo-ria-dzè) « mariage » ; paure (paou-ré) (paou-ri) (paou-rè) « pauvre » ; quatre (ka-tré) (ka-tri) (ka-trè) « quatre » ; roge (rou-dzé) (rou-dzi) (rou-dzè) « rouge » ; sobre (sou-bré) (sou-bri) (sou-brè) « sur » ; veire(véï-ré) (véï-ri) (véï-rè) « verre ». Remarque : selon les régions, es atone final se prononce (ès) (èh) (è) (é) (és) ou (i) comme dans pèrdes(pèr-dès) (pèr-dèh) (pèr-dè) (pèr-dés) (pèr-di), plores pas (plou-rès pa) (plou-rèh pa) (plou-rés pa) « ne pleure pas ». Autre exemple : d’òmes mòrts (do-mèï mouor) (do-mè mouor) (do-mé mouor) « des hommes morts »

e prétonique se prononce (é), (è) ou (e). Ainsi, selon les régions, le mot petit qui signifie « petit » se prononce (pé-ti) ou (pe-ti). Autres exemples : benèla (bé--lo) (be--lo) « panier » ; de fuòc (dé fuo) (de fio) « du feu » ; deman (dé-mo) (de-mo) « demain » ; escotar (ès-kou-ta) (és-kou-ta) « écouter » ; legir (lé-dzi) (le-dzi) « lire » ; levam (lé-von) (le-von) « levaim » ; rebola (ré-bou-lo) (re-bou-lo) « repas de fin des travaux » ; Sant Estève (son tès--vé) (son tés--vé) « Saint-Étienne » ; se levar (sé lé-va) (se le-va) « se lever ».

e (ou é) se prononce (é) ou (è). Les mots verd et téner qui signifient respectivement « vert » et « tenir » se prononcent (vér) et (-né).Remarque : l’accent aigu indique la place de l’accent tonique dans le mot et n’altère pas la prononciation de la voyelle. Autres exemples : aquela letra (o--lo -tro) « cette lettre » ; aquesta sason(o-kés-to so-zou) (a-ke-to sa-zou) « cette saison » ; cent (sén) (sèn) « cent » ; divendres (di-vén-dré) (di-vèn-dré) « vendredi » ; encara (én-ka-ro) (èn-ka-ro) « encore » ; farem (fo-rén) (fo-rèn) « nous ferons » ; fen () () « foin » ; fems (fén) (fèn) « fumier » ; florirem (flou-ri-rén) (flou-ri-rèn) « nous fleurirons » ; genta (dzén-to) (dzèn-to) « belle » ; menta (mén-to) (mèn-to) « menthe » ; moment (mou-mén) (mou-mèn) « moment » ; riseta (ri--to) (ri--to) « sourire » ; temps (tén) (tèn) « temps » ; tres (très) (trés) « trois » ; Valença (vo-lén-so) (vo-lèn-so) « Valence » ; vendiá (vén-dio) (vèn-dio) « il vendait / elle vendait » ; vengut (vén-gu) (vèn-gu) « venu ».

e tonique dernier son prononcé avant la pause se prononce (é) ou (i). Ainsi, selon les régions, le mot ben qui signifie « bien » se prononce () ou (bi). Autres exemples : ma fe (ma ) (ma fi) « ma foi » ; set () (si) « soif ».

ei atone se prononce (éï), (èï), (i) ou (é). Ainsi, selon les régions, le motpeisson qui signifie « poisson » se prononce (péï-sou), (pèï-sou), (pi-soun) ou (pé-sou). Autres exemples : eissam (éï-son) (i-son) « essaim » ; eissublar (éï-su-bla) (é-su-bla) « oublier » ; leiçon (léï-sou) (li-sou) (lé-sou) « leçon » ; lei vesins (doublet de los vesins) (li vé-zi) « les voisins » ; meisson (méï-sou) (mé-sou) « moisson » ; meitat (méï-ta) (mé-ta) « moitié »

ei tonique se prononce (éï), (èï) ou (é). Ainsi, selon les régions, le motrei qui signifie « roi » se prononce (réï), (rèï) ou (). Autres exemples : coneis (kou-néï) (kou-nèï) (kou-) « il connaît / elle connaît » ; creire (kréï-ré) (krèï-ré) (kré-ré) « croire » ; eime (éï-mé) (èï-mé) (é-mé) « bon sens » ; veire (véï-ré) (vèï-ré) (-ré) « voir ».

éi se prononce (éï), (èï) ou (é). Ainsi, selon les régions, le mot paréisser qui signifie « paraître » se prononce (po-réï-sé). Remarque : l’accent aigu indique la place de l’accent tonique dans le mot et n’altère pas la prononciation de la voyelle.

es atone se prononce (ès), (èh), (èï), (è), (é), (éï), (i) ou (és). Ainsi, selon les régions, le mot escotar qui signifie « écouter » se prononce (ès-kou-ta), (èh-kou-ta), (èï-kou-ta), (è-kou-ta), (é-kou-ta), (éï-kou-ta) ou (és-kou-ta). Autres exemples :  desmontar (dèï-moun-ta) (di-moun-ta) « démonter » ; estiu (ès-tïu) (èh-tïu) (èï-tïu) (è-tïu) (é-tïu) (éï-tïu) (és-tïu) « été » ; estofar (ès-tou-fa) (èh-tou-fa) (és-tou-fa) « étouffer » ; espèra (ès--ro) (é--ro) « affût » ; espèra-me (ès--ro ) (é--ro ) « attends-moi » ; maneschau (mo-nès-tsaou) (mo-nèh-tsaou) (mo-néï-tsaou) (mo-né-tso) « maréchal-ferrant » ; pestelh (pès-tér) (pèh-tér) (pé-) (pés-tél) « pilon » ; Sant Estève (son tès--vé) (son tés--vé) « Saint-Étienne-de-Boulogne, Saint-Étienne-de-Fontbellon, Saint-Étienne-de-Lugdarès, Saint-Étienne-de-Serres » ; s’escondre (sès-koun-dré) (sèh-koun-dré) (sèï-koun-dré) (sè-koun-dré) (sé-koun-dré) (séï-koun-dré) (sés-koun-dré) « se cacher ».

-

La graphie è sert à écrire le son / ɛ /.

(èr-bo) qui signifie « herbe » s’écrit èrba.

è se prononce (è) ou (é). Le mot fenèstra qui signifie « fenêtre » se prononce (fé-nès-tro). Autres exemples : anar quèrre (o-na -ré) « aller chercher » ; bèc () « bec » ; dimècres (di--kré) « mercredi » ; tèsta (tès-to) « tête » ; vèrs (vès) « chez ».

è dernier son prononcé avant la pause se prononce (é) ou (è). Ainsi, selon les régions, le mot qui signifie « pied » se prononce () ou (). Autres exemples : bèc () () « bec » ; sèt () () « sept » ; sètz() () « vous êtes ».

èi tonique se prononce (èï), (è) ou (é). Ainsi, selon les régions, le mot pèira qui signifie « pierre » se prononce (pèï-ro), (-ro) ou (-ro). Autres exemples : burrèira (bu-rèï-ro) (bu--ro) « cruche en terre où l’on conserve la crème / grand pot de terre dans lequel on conserve la crème qui doit servir à faire le beurre » ; charrèira (tso-rèï-ro) (tso--ro) (tso--ro) « rue » ; darrèir (do-) (doublet de darrièr) « derrière » ; mèijorn (mèï-dzour) (mè-dzour) (mé-dzour) « midi » ; nèira (nèï-ro) (-ro) (-ro) « puce » ; sèita (sèï-to) (-to) « scierie ».

eu tonique se prononce (éou) ou (èou). Ainsi le mot beure qui signifie « boire » se prononce (béou-ré) ou (bèou-ré). Autres exemples : …

èu tonique se prononce (èou). Ainsi le mot mèu qui signifie « miel » se prononce (mèou). Autres exemples : burèu (bu-rèou) « bureau » ; contemporanèu (koun-tén-pou-ro-nèou) (koun-tén-pou-ro-néou) « contemporain » ; fèu (fèou) (féou) « fiel » ; gèu (dzèou) (dzéou) « gel » ; pèu (pèou) (doublet de pèl) « peau »

F

La lettre f sert à écrire le son / f /.

(fon) qui signifie « faim » s’écrit fam.

f se prononce (f). Le mot fraire qui signifie « frère » se prononce (fraï-ré). Autres exemples : fèrre (-ré) « fer » ; fume (fu-mé) « je fume ».

G

La lettre g sert à écrire le son / g /.

(gor-sou) qui signifie « garçon » s’écrit garçon.

g se prononce généralement (g). Les mots garir et gost qui signifient respectivement « guérir » et « goût » se prononcent (go-ri) et (gous). Autres exemples : garna (gar-no) « branche de pin » ; Vaugòrja (Vaou-gouor-dzo) « Valgorge ».

g devant e et i se prononce (dz). Ainsi les mots geinar et legir qui signifient respectivement « gêner » et « lire » se prononcent (dzéï-na) et (lé-dzi). Autres exemples : gente (dzén-té) « beau » ; messongièr (mé-soun-dzié) « menteur ».

g devant u se prononce (g). Ainsi le mot agulha qui signifie « aiguille » se prononce (o-gu-lio). Autres exemples : pogut (pou-gu) « pu ».

g final en liaison avec une voyelle se prononce (tch). Ainsi mièg òme qui signifie « moitié d’homme » se prononce (miè tcho-mé).

gl devant a, è se prononce (gl), (gli), (gui), (li) ou (i). Ainsi, selon les régions, le mot glèisa qui signifie « église » se prononce (glèï-zo), (glièï-zo), (guièï-zo), (lièï-zo), (lié-zo) ou (-zo). Autres exemples : glaç (glas) (gliah) (guia) (ia) « glace » ; Glaude (glaou-dé) « Claude » ; ongla (oun-glo), (oun-glio), (oun-guio) ou (oun-io) « ongle » ; segla (-glo) (-glio) (-lio) (-io) « seigle ».

gn se prononce (nn) ou (ni). Ainsi, selon les régions, le mot signar qui signifie « signer » se prononce (sïn-na) ou (si-nia). Autres exemples : sagnar (son-na) (so-nia) « saigner »

gu devant e et i se prononce (g). Le mot guèrra qui signifie « guerre » se prononce (guè-ro)*.
* Dans la prononciation figurée ici entre parenthèses le son (g) devant les sons (i), (é) et (è) est noté ("gu").

H

h ne se trouve que dans les graphies ch, lh et nh ainsi que dans l’abréviation h symbole international de heure.

I

La lettre i sert à écrire le son / i /.

(i--io) qui signifie « idée » s’écrit idèa.

i (ou í) se prononce (i). Les mots mila et aquí qui signifient respectivement « mille » et « ici / là » se prononcent (mi-lo) et (o-ki). Remarque : l’accent aigu indique la place de l’accent tonique dans le mot et n’altère pas la prononciation de la voyelle. Autres exemples : dins (dïn) « dans » ; inedit (i-né-di) « inédit » ; Niça (ni-so) « Nice » ; Sant Privat (son pri-va) « Saint-Privat » ; vint (vïn) « vingt ».

ia se prononce (io). Ainsi, selon les régions, le mot via qui signifie « voie » se prononce (vio) ou (vi-io). Autres exemples : Dia (dio) (di-io) « Die » ; Estiala (ès-tio-lo) « Étoile-sur-Rhône » ; mostiala (mous-tio-lo) « belette » ; partia (por-tio) « partie ».

ia final se prononce généralement (i-io). Ainsi, selon les régions, le motpatria qui signifie « patrie » se prononce (po-tri-io) ou (pa-tri-ia). Autres exemples : industria (ïn-dus-tri-io) (ïn-dus-tri-io) « industrie » ; mia (mi-io) (mi-ia) « copine » ; monarquia (mou-nor-ki-io) (mou-nar-ki-ia) « monarchie » ; teoria (téou-ri-io) (téou-ri-ia) « théorie ».

final se prononce (io), (), () ou (i). Ainsi, selon les régions, le mot disiá qui signifie « il disait / elle disait » se prononce (di-zio), (di-ziè), (di-zié) ou (di-zi). Autres exemples : partiá (por-tio) (por-tiè) (par-tié) (par-ti) « il partait / elle partait » ; preniá (pré-nio) (pré-niè) (pré-nié) (pré-ni) « il prenait / elle prenait » ; salopariá (so-lou-po-rio) (so-lou-po-riè) (so-lou-po-rié) (so-lou-po-ri) « saleté » ; sortiá « il sortait / elle sortait ». Remarque : selon les régions, les terminaisons verbales iáu et iái qui sont des variantes de pour la première personne du singulier se prononcent respectivement (ioou) ou (ièou) et (ioï) ou (ièï)  ; on a ainsi disiáu (di-zioou) (di-zièou) ~ disiái (di-zioï) (di-zièï) « je disais », preniáu (pré-nioou) (pré-nièou) ~ preniái (pré-nioï) (pré-nièï) « je prenais », etc. 

ián final se prononce (ion), (ièn), (ién) ou (ian). Ainsi, selon les régions, le mot disián qui signifie « ils disaient / elles disaient » se prononce (di-zion), (di-zièn), (di-zién)  ou (di-zian). Autres exemples : sortián (sour-tion) (sour-tièn) (sour-tién) (sour-tian) « ils sortaient / elles sortaient » ;volián (vou-lion) (vou-lièn) (vou-lién) (vou-lian) « ils voulaient / elles voulaient ».

iás final se prononce (ios), (ioh), (ias), (iah), (ia), (iès) ou (). Ainsi, selon les régions, le mot disiás qui signifie « tu disais » se prononce (di-zios), (di-zioh), (di-zias), (di-zia), (di-ziès) ou (di-ziés). Autres exemples : siás (sios) (sioh) (sias) (siah) (sia) (siès) (siés) « tu es » ; sortiriás (sour-ti-rios) (sour-ti-rioh) (sour-ti-rias) (sour-ti-ria) (sour-ti-riès) (sour-ti-riés) « tu sortirais ».

iau atone se prononce (ioou) ou (iaou). Le mot miaular qui signifie « miauler » se prononce (mioou-la) ou (miaou-la).

iau tonique se prononce (iaou). Le mot bestiau qui signifie « bétail » se prononce (bès-tiaou). Autres exemples : diau (doublet de dedau) (diaou) (dio) « dé à coudre » ; Montriau (mou-riaou) « Montréal »

ièr final se prononce (), () ou (i). Ainsi, selon les régions, le motdarrièr qui signifie « dernier » se prononce (do-rié), (do-riè) ou (do-ri). Autres exemples : entièr (én-tié) (én-tiè) (én-ti) « entier » ; pomièr(pou-mié) (pou-miè) (pou-mi) « pommier ». Remarques : on écrit logiquement ier dans les parlers qui ont systématiquement iera aux formes féminines (darrier darriera, entier entiera, etc…) ; l’orthographe note sans problème les doublets darrèir, entèir, pomèir, etc… dont le èir final se prononce (èï), (è) ou (é).

ieu se prononce (ièou) ou (iéou). Ainsi, selon les régions, le mot Dieu qui signifie « Dieu » se prononce (Dièou) ou (Diéou). Autres exemples : mieu (mièou) (miéou) « mien » ; sieu (sièou) (siéou) « sien » ; tieu (tièou) (tiéou) « tien ».

in final se prononce (i) ou (ïn). Ainsi, selon les régions, le mot vin qui signifie « vin » se prononce (vi) ou (vïn). Autres exemples : chin (tsi) (tsïn) « chien » ; fin (fi) (fïn) « fin ».

io se prononce (ïou), (iéou) ou (iou). Ainsi, selon les régions, le mot senepion qui signifie « rougeole » se prononce (sé-né-pïou), (sé-né-piéou) ou (sé-né-piou). Autres exemples : Los Acions (lou zo-sïou) (lou zo-siéou) « Les Assions » ; violon (vïou-lou) (viéou-lou) (viou-lou) « violon »

iu se prononce (ïou), (iéou), (ièou) ou (iou). Ainsi, selon les régions, le mot riu qui signifie « ruisseau » se prononce (rïou), (riéou), (rièou) ou (riou). Autres exemples : Eiriu (éï-rïou) (éï-riéou) « Eyrieux » ; escriure (ès-krïou-ré) (ès-kriéou-ré) (ès-krièou-ré) « écrire » ; estiu (ès-tïou) (ès-tiéou) (ès-tièou) « été » ; fiule (fïou-lé) (fiéou-lé) (fiou-lé) « ivre » ; reviure (ré-vïou-ré) (ré-viéou-ré) (ré-vièou-ré) (rœ-viou-ré) « regain » ; viu (vïou) (viéou) (vièou) (viou) « vif » ; viure (vïou-ré) (viéou-ré) (vièou-ré) (viou-ré) « vivre ».

J

La lettre j sert à écrire le son / dz /.

(dzaou-né) qui signifie « jaune » s’écrit jaune.

j se prononce généralement (dz) ou (dj). Ainsi, selon les régions, le mot jorn qui signifie « jour » se prononce (dzour) ou (djour). Autres exemples : Jaujac (dzoou-dza) (djoou-dja) « Jaujac » ; manjar (mon-dza) (mon-dja) « manger ».

K

k ne se trouve guère que dans les symboles kg et km mis pour quilograma et quilomètre.

L

La lettre l sert à écrire le son / l /.

(lu-no) qui signifie « lune » s’écrit luna.

l se prononce généralement (l). Le mot legir qui signifie « lire » se prononce (lé-dzi). Autres exemples : florisse ~ florisso ~ florissi (flou-ri-sé ~ flou-ri-sou ~ flou-ri-si) « je fleuris ».

l intervocalique se prononce (l) ou (r). Ainsi, selon les régions, le motvolam qui signifie « faucille » se prononce (vou-lon) ou (vou-ron). Autres exemples : mala (ma-lo) (ma-ro) « malle » ; molin (mou-li) (mou-ri) « moulin » ; ola (ou-lo) (ou-ro) « marmite » ; pala (pa-lo) (pa-ro) « pelle » ; polia (pou-lio) (pou-rio) « belle » ; volar (vou-la) (vou-ra) « voler ».

l final se prononce (r), (-) ou (l). Ainsi, selon les régions, le mot aval qui signifie « en bas » se prononce (o-var), (o-va) ou (o-val). Autres exemples : cotèl (kou-tèr) (kou-) (kou-) (kou-tèl) « couteau » ; cubercèl (ku-bér-sèr) (ku-bér-) (ku-bér-) (ku-bér-sèl) « couvercle » ; Lo Vental (lou vén-tar) « Le Vental » ; trebol (tré-bour) (tré-bou) (tré-boul) « trouble ». Remarque : les mots en -l ont connu dans certaines régions une évolution du (l) en (ou) que l’orthographe note sans problème, et on a donc de nombreux doublets graphiques du type aval ~ avau, cotèl ~ cotèu, cubercèl ~ cubercèu, etc…

l de fin de syllabe se prononce (r) ou (l). Ainsi, selon les régions, sulfatar qui signifie « sulfater » se prononce (sur-fo-ta) ou (sul-fo-ta).

ll se prononce (l), (ll) ou (nl). Ainsi, selon les régions, le mot dròlle qui signifie « garçon » se prononce (dro-lé), (drol-lé) ou (dron-lé).

li devant voyelle se prononce (li) ou (i). Ainsi, selon les régions, chaliá qui signifie « il fallait » se prononce (tso- lio) ou (tso- io). Autres exemples : lièch (liè) () « lit » ; liura (lïou-ro) (iéou-ro) « livre » ; milion (mi-liou) (mi-iou) « million » ; voliá (vou-lio) (vou-) « il voulait / elle voulait ».

lu devant voyelle se prononce (lu), (li), (i) ou (u). Ainsi, selon les régions, enluòc qui signifie « nulle part » se prononce (én-luo), (én-lio) ou (én-io). Autres exemples : luènh (luèn) ou (uèn) « loin » ; …

LH

La graphie lh sert à écrire le son / ʎ /.

(fi-lio) qui signifie « fille » s’écrit filha.

lh intervocalique se prononce (li) ou (i). Ainsi, selon les régions, le motabelha qui signifie « abeille » se prononce (o--lio) ou (o--io). Autres exemples : agulha (o-gu-lio) (o-gu-io) « aiguille » ; bilhet (bi-lié) (bi-li) (bi-) « billet » ; bolhon (bou-liou) (bou-iou) « bouillon » ; botelha (bou--lio) (bou--io) « bouteille » ; calheta (ko-lié-to) (ko-li-to) (ko--to) « caillette » ; dalha (da-lio) (da-io) « faux » ; filhat (fi-lia) (fi-ia) « gendre » ; gobilha (gou-bi-lio) (gou-bi-io) « bille » ; granolha (gro-nou-lio) (gro-nou-io) « grenouille ; manelha (mo--lio, mo--io) « anse » ; melhor (mé-liour) (mé-iour) « meilleur » ; Marselha (mor--lio, mor--io) « Marseille » ; palha (pa-lio) (pa-io) « paille » ; talhar (to-lia) (to-ia) « tailler » ; trelha (tré-lio) (tré-io) « treille » ; vièlh òme (viè lio-mé) (viè io-mé) « vieil homme ».

lh final se prononce (r), (-), (l) ou (i). Ainsi, selon les régions, le mot conselh qui signifie « conseil » se prononce (koun-sér), (koun-), (koun-sél) ou (koun-séï). Autres exemples : artelh (or-tér) (or-) (or-tél) (or-téï) « orteil » ; Lo Telh (lou tér) (lou tél) (lou téï) « Le Teil » ; parelh (po-rér) « paire » ; solelh (sou-lér) (sou-) (sou-lél) (sou-léï) ; talh (tar) (ta) (tal) (taï) « tranchant » ; vièlh (vièr) (vièl) « vieux ».

M

La lettre m sert à écrire le son / m /.

(mo-ma) qui signifie « maman » s’écrit mamà.

m se prononce généralement (m). Le mot manjar qui signifie « manger » se prononce (mon-dza). Autres exemples : deman (dé-mo) « demain » ; Marselha (mor--lio) « Marseille ».

m final se prononce généralement (n). Le mot prim qui signifie « mince » se prononce (prïn). Autres exemples : fiu d’aram (fïou do-ron) « fil de fer » ; fum (fün) « fumée » ; Masam (mo-zon) « Mazan l’Abbaye ; montarem (moun-to-rén) « nous monterons ; nom de nom ! (nounnou) « nom de nom ! » ; parlam (por-lon) « nous parlons » ; parlem ! (por-lén) « parlons ! » ; pom (poun) « pomme » ; rasim (ro-zïn) « raisin » ; revolum (ré-vou-lün) « tourbillon » ; volam (vou-lon) « faucille ».

mb final se prononce (n). Le mot plomb qui signifie « plomb » se prononce (ploun). Autres exemples : amb (on) « avec » ; rebomb (ré-boun) « rebond ».

mm se prononce (n-m). Le mot emmandar qui signifie « renvoyer » se prononce (én-mon-da). Autres exemples : emmerdar (én-mér-da) « emmerder ».

mn se prononce (nn) ou (n). Le mot femna qui signifie « femme » se prononce (fén-no) ou (-no).

mps final se prononce (n). Le mot temps qui signifie « temps » se prononce (tén).

ms final se prononce (n). Le mot fems qui signifie « fumier » se prononce (fén).

N

La lettre n sert à écrire le son / n /.

(-gré) qui signifie « noir » s’écrit negre.

n se prononce généralement (n). Le mot notari qui signifie « notaire » se prononce (nou-ta-ri). Autres exemples : Niça (ni-so) « Nice » ; sonar (sou-na) « appeler » ; Vinasac (vi-no-za) « Vinezac ».

n devant i et u se prononce (n) ou (ni). Ainsi, selon les régions, le mot niflar qui signifie « renifler » se prononce (ni-fla) ou (nïi-fla). Autres exemples : garnir (gor-ni) (gor-nïi) « garnir » ; menuta (mé-nu-to) (mé-niu-to) « minute » ; venir (vé-ni) (vé-nïi) « venir ».

n final se prononce (-) ou (n). Ainsi, selon les régions, le mot coton qui signifie « coton » se prononce (kou-tou) ou (kou-toun). Autres exemples : baston (bos-tou) (bos-toun) « bâton » ; deman (dé-mo) (dé-man) « demain » ; en plen solelh (én plén sou-lér) (én plé sou-lér) « en plein soleil » ; dison (di-zoun) (di-zou) « ils disent / elles disent » ; man (mo) (man) « main » ; matin (mo-ti) (ma-tïn) « matin » ; menton (mén-tou) (mén-toun) « menton » ; menton (mén-toun) (mén-tou) « ils mentent / elles mentent » ; mon cosin (moun kou-zi) « mon cousin » ; mon idèa (mou ni--io) « mon idée » ; mon òme (mou no-mé) « mon mari » ; pan (pon) (pan) (po) « pain » ; parlan (par-lon) (par-lan) « ils parlent / elles parlent » ; parton (par-toun) (par-tou) « ils partent / elles partent » ; pebron (pé-brou) (pé-broun) « poivron » ; plen (plé) (plén) « plein » ; son (soun) « ils sont / elles sont » ; son amic (sou no-mi) « son ami » ; son nas (soun nas) « son nez » ; ton fraire (toun fraï-ré) « ton frère » ; Tornon (tour-nou) « Tournon ».

nf intervocalique se prononce (nf) ou (f). Ainsi, selon les régions, le mot confessar qui signifie dire « avouer » se prononce (koun-fé-sa) ou (kou-fé-sa). Autres exemples : confle (kou-flé) « repus » ; enfant (é-fon) « enfant » ; ronfle (rou-flé) « remous »

nn se prononce (nn) ou (n). Le mot innar qui signifie « hennir » se prononce (in-na) ou (i-na).

ns final se prononce (n). Le mot fons qui signifie « fond » se prononce (foun).

ns final se prononce (s), (h) ou (-). Le mot luns qui signifie « lundi » se prononce (lus), (luh) ou (lu).

ns intervocalique se prononce (s) ou (ch). Le mot monsur qui signifie « monsieur » se prononce (mou-su) ou (mou-chu).

NH

La graphie nh sert à écrire le son / ɲ /.

(vi-nio) qui signifie « vigne » s’écrit vinha.

nh se prononce généralement (ni). Le mot contunhar qui signifie « continuer » se prononce (koun-tu-nia). Autres exemples : anhèus (o-nièou) « agneaux » ; se plànher (sé plo-nié) (sé plo-nïi) (sé plo-ni) « se plaindre » ; sònha (souo-nio) « il regarde / elle regarde ».

nh final se prononce (n). Le mot luènh qui signifie « loin » se prononce (luèn). Autres exemples : besonh (bé-zoun) « besoin »

O

La lettre o sert à écrire le son / u /.

(ous-taou) qui signifie « maison » s’écrit ostau.

o (ou ó) se prononce (ou). Les mots ola et renós qui signifient respectivement « marmite » et « grincheux » se prononcent (ou-lo) et (ré-nous). Remarque : l’accent aigu indique la place de l’accent tonique dans le mot et n’altère pas la prononciation de la voyelle. Autres exemples : copa (kou-po) « coupe » ; córrer (kou-ré) « courir, se déplacer, circuler » ; Cos (kous) « Coux » ; cóser (kou-zé) « coudre » ; deliciosa (dé-li-siou-zo) « délicieuse » ; jónher (dzou-nié) « joindre » ; misteriós (mis-té-rious) « mystérieux » ; montar (moun-ta) « monter » ; ombra (oun-bro) « ombre » ; politica (pou-li-ti-ko) « politique » ; pro(prou) « assez » ; Roma (rou-mo) « Rome » ; segonda (sé-goun-do) « seconde » ; sófia (sou-fio) « ablette » ; sortir (sour-ti) « sortir » ; tombar (toun-ba) « tomber » ; tondre (toun-dré) « tondre » ; vergonhós (vér-gou-nious) « timide ».

oa se prononce (ouo), (oua), (o) ou (ou-io). Ainsi, selon les régions, le mot coa qui signifie « queue » se prononce (kouo), (koua), (ko) ou (kou-io). Autres exemples : abroa (o-brouo) « bord » ; doas escòlas (douozès-ko-lo) (doua zès-ko-lo) (do zès-ko-lo) « deux écoles ».

se prononce (oué) ou (ou-). Ainsi, selon les régions, le mot poètz (doublet de podètz) qui signifie « vous pouvez » se prononce (poué) ou (pou-). Autres exemples : …

oi se prononce (ouï), (ouéï), (oué) ou (ouèï). Ainsi, selon les régions, le mot bois qui signifie « buis » se prononce (bouï), (bouéï) ou (boué). Autres exemples : boina (bouï-no) (bouéï-no) (boué-no) « limite » ; coijar (kouï-dza) (kouéï-dza) (koué-dza) « coucher » ; Coiron (kouï-rou) (kouéï-rou) (koué-rou) « Coiron » ; joine (dzouï-né) (dzouéï-né) (dzoué-né) « jeune » ; loira (louï-ro) (louèï-ro) « loutre » ; moisse (mouï-sé) (mouéï-sé) (moué-sé) « moite, humide » ; poirem (pouï-rén) (pouéï-rén) (poué-rèn) « nous pourrons » ; s’acoitar (so-kouï-ta) (so-kouéï-ta) (so-koué-ta) « se presser, se dépêcher » ; troita (trouï-to) (trouéï-to) (trouèï-to) (troué-to) « truite » ; voidar (voué-da) « vider ».

-

La graphie ò sert à écrire le son / ɔ /.

(o-mé) qui signifie « homme » s’écrit òme.

ò se prononce (o) dans certains mots. Le mot tròp qui signifie « trop » se prononce (tro). Autres exemples : catòrze (ko-tor-zé) « quatorze » ; còp (ko) « coup, fois » ; còpa (ko-po) « il coupe / elle coupe » ; escòla (ès-ko-lo) « école » ; gòfi (go-fi) « goujon » ; lòng (lon) « long » ; mòla (mo-lo) « meule » ; nòça (no-so) « noce » ; tròp (tro) « trop » ; vòlon  (vo-loun) « ils veulent / elles veulent ».

ò se prononce (ouo), (oua) ou (o) dans la plupart des mots. Ainsi, selon les régions, le mot pòrta qui signifie « porte » se prononce (pouor-to), (pouar-to) ou (por-to). Autres exemples : bòna (bouo-no) (boua-no) (bo-no) « bonne » ; bòria (bouo-rio) (boua-rio) (bo-rio) « ferme » ; còrda (kouor-do) (kouar-do) (kor-do) ; defòra (dé-fouo-ro) (dé-foua-ro) (dé-fo-ro) « dehors » ; fònt (fouon) (fouan) (fon) « fontaine / source » ; gòrja (gouor-dzo) (gouar-dzo) (gor-dzo) « bouche » ; mòrt (mouor) (mouar) (mor) « mort » ; pòcha (pouo-tso) (poua-tso) (po-tso) « poche » ; pònt (pouon) (pouan) (pon) « pont » ; pòt (pouo) (poua) (po) « il peut / elle peut » ; òrt (ouor) (ouar) (or) « jardin » ; remòrs (ré-mouor) (ré-mouar) (ré-mor) « remords » ; sòrt (souor) (souar) (sor) « il sort / elle sort » ; tòrna (touor-no) (touar-no) (tor-no) « il revient / elle revient » ; tòrt (touor) (touar) (tor) « tort ». Remarque : dans la partie DICTIONNAIRE du présent site les mots dont le ò est ainsi possiblement diphtongué sont systématiquement suivis du signe /w/.

òi se prononce (ouoï), (ouaï) ou (). Ainsi, selon les régions, le mot còire qui signifie « cuire » se prononce (kouoï-ré), (kouaï-ré) ou (koï-ré).

òu se prononce (oou), (o) ou (éou). Ainsi, selon les régions, le mot plòure qui signifie « pleuvoir » se prononce (ploou-ré), (plo-ré) ou (pléou-ré). Autres exemples : nòu (noou) (no) (néou) « neuf » ; plòu (ploou) (plo) (pléou) « il pleut » ; Sant Cristòu (son kris-toou) « Saint-Christol » ; los sòus (louï soou) (lou so) « les sous » ; vòu (voou) (vo) « il veut / elle veut ».

P

La lettre p sert à écrire le son / p /.

(pèï-ro) qui signifie « pierre » s’écrit pèira.

p se prononce généralement (p). Le mot peisson qui signifie « poisson » se prononce (péï-sou). Autres exemples : panièr (po-nié) « panier » ; passar (po-sa) « passer » ; pèça (-so) « morceau / pièce » ; sopa (sou-po) « soupe ».

p final se prononce (-) ou (p). Le mot tap qui signifie « bouchon » se prononce (ta) ou (tap). Autres exemples : esclòp (ès-klo) (ès-klop) « sabot » ; gip (dzi) (dzip) « plâtre ». Remarques : le p final peut prendre en débit rapide la valeur de la consonne initiale du mot suivant ; ainsi, selon les régions, còp de pè qui signifie « coup de pied » se prononce (ko) ou (kod) et tap de siure qui signifie « bouchon de liège » se prononce (tasïou-ré) ou (tadsïou-ré).

pt se prononce (t). Le mot comptar qui signifie « compter » se prononce (koun-ta).

ps final se prononce (s). Aps (as) « Alba ».

Q

q ne se trouve guère que dans la graphie qu.

QU

La graphie qu sert à écrire le son / k /.

(ka-tré) qui signifie « quatre » s’écrit quatre.

qu se prononce (k). Le mot qualitat qui signifie « qualité » se prononce (ko-li-ta). Autres exemples : aqueste còp (o-kés-té ko) « cette fois-ci » ; aquela d’aquí (o--lo do-ki) « celle-là » ; aquí (o-ki); quora vendrà ?(kou-ro vén-dro) « quand viendra-t-il ? / quand viendra-t-elle ? ».

qu devant i se prononce (k), (t), (ti), (ki) ou (tchi). Ainsi, selon les régions, le mot aquí qui signifie « ici / là » se prononce (o-ki), (o-ti), (o-tïi), (o-kïi) ou (o-tchi). Autres exemples : quintau (kïn-taou) (tïn-taou) (tïin-taou) (kïin-taou) (tchïn-taou) « quintal » ; xxx

R

La lettre r sert à écrire le son / r /.

(rou-dzé) qui signifie « rouge » s’écrit roge.

r se prononce généralement (r). Le mot rire qui signifie « rire » se prononce (ri-ré). Autres exemples : arma (ar-mo) « arme » ; remèdi (ré--di) « remède ».

r final se prononce (r) ou (-). Ainsi, selon les régions, le mot color qui signifie « couleur » se prononce (kou-lour) ou (kou-lou). Autres exemples : amar (o-mar) () « amer » ; clar (klar) (kla) « clair » ; cuèr (kuèr) (kuè) « cuir » ; dever (dé-vér) (dé-) « devoir » ; donar (dou-na) (dou-nar) « donner » ; dur (dur) (du) « dur » ; favor (fo-vour) (fo-vou) « faveur » ; flor (flour) (flou) « fleur » ; florir (flou-ri) (flou-rir) « fleurir » ; fumar (fu-ma) (fu-mar) « fumer » ; liquor (li-kour) (li-kou) « liqueur » ; melhor (mé-liour) (mé-liou) « meilleur »  ; mur (mur) (mu) « mur » ; onor (ou-nour) (ou-nou) « honneur » ; plorar (plou-ra) (plou-rar).

r initial se prononce (r) ou (rr). Le mot qui signifie « … » se prononce () ou (…).

r intervocalique se prononce (r). Le mot pera qui signifie « poire » se prononce (-ro).

rd final se prononce (r) ou (-). Ainsi, selon les régions, le mot nòrd qui signifie « nord » se prononce (nor) ou (no). Autres exemples : sord (sour) (sou) « sourd » ; tard (tar) (ta) « tard ».

rg final se prononce (r) ou (-). Ainsi, selon les régions, le mot gorg qui signifie « trou d’eau » se prononce (gour) ou (gou). Autres exemples : …

rm final se prononce (r). Le mot vèrm qui signifie « ver » se prononce (vèr).

rn final se prononce (r) ou (-). Ainsi, selon les régions, le mot forn qui signifie « four » se prononce (four) ou (fou). Autres exemples : charn(tsar) « chair » ; jorn (dzour) (dzoou) « jour » ; torn (tour) (tou) « tour ». Remarque : le mot totjorn qui signifie « toujours » se prononce (tou-dzou) ou (tou-dzour).

rr se prononce (r) ou (rr). Ainsi, selon les régions, le mot tèrra qui signifie « terre » se prononce (-ro) ou (tèr-ro). Autres exemples : borrut (bou-ru) (bour-ru) « velu » ; sarrar (so-ra) (sor-ra) « fermer » ; sòrre (souo-ré) (souor-ré) « sœur » ; torre (tou-ré) (tour-ré) « tour »

intervocalique se prononce (rs) ou (s). Ainsi, selon les régions, le mot fòrça qui veut dire « beaucoup de » se prononce (fouor-so) ou (fouo-so). Autres exemples :  Sant Marcèu (son mor-sèou) (sa ma-sèou) « Saint-Marcel ».

rs intervocalique se prononce (s) ou (rs). Ainsi, selon les régions, le mot morsèl qui veut dire « morceau » se prononce (mou-sèr) ou (mour-sèr). Autres exemples :  emborsaire (én-bou-saï-ré) (én-bour-saï-ré) « entonnoir » ; travèrsa (tro-vèr-so) (tro--so) « vent d’ouest » ; versar (vér-sa) (vè-sa) « verser ».

rs final se prononce (r) ou (s). Ainsi, selon les régions, le mot revèrs qui veut dire « averse passagère » se prononce (ré-vèr) ou (ré-vès). Autres exemples : dimars (di-mar) (di-mas)  « mardi » ; esvèrs (én-vès) envèrs (én-) « envers » ; los murs (louï mur) (lous mus) « les murs » ; ors (our)

rt final se prononce (r) ou (-). Ainsi, selon les régions, le mot mòrt qui veut dire « mort » se prononce (mouor) ou (mo). Autres exemples : …

S

La lettre s sert à écrire le son / s /.

() qui signifie « soif » s’écrit set.

s se prononce généralement (s) ou (ch). Ainsi, selon les régions, le mot sucre qui signifie « sucre » se prononce (su-kré) ou (chu-kré). Autres exemples : pensar (pén-sa) (pén-cha) « penser » ; pèrsia (pèr-sio) (pèr-chio) « pêche » ; sabla (sa-blo) (cha-blo) « sable » ; saut (saou) (chaou) « saut » ; segonda (sé-goun-do) (ché-goun-do) « seconde » ; simple (sïn-plé) (chïn-plé) « fou » ; sobre (sou-bré) (chou-bré) « sur » ; sovent (sou-vén) (chou-vén) « souvent » ; san (so) (cho) « sain ».

s intervocalique se prononce (z) ou (j). Ainsi, selon les régions, le mot vesin qui signifie « voisin » se prononce (vé-zi) ou (vé-ji). Autres exemples : bisa (bi-zo) (bi-jo) « vent du nord » ; brasa (bra-zo) (bra-jo) « braise » ; cosina (kou-zi-no) (kou-ji-no) « cousine » ; grisa (gri-zo) (gri-jo) « grosse » ; las alas (lo za-lo) (lo ja-lo) « les ailes » ; los amics (lou zo-mi) (lou jo-mi) « les amis ».

s final se prononce (-), (h), (s) ou (é) à la pause, (i) devant (p), (t) et (k) et . Ainsi, selon les régions, los chins qui signifie « les chiens » se prononce (lous tsis), (louh tsih), (lous tsi-é) ou (lous tsi). Ainsi, selon les régions, quatre oras qui signifie « quatre heures » se prononce (ka trou-ro), (ka trou-roh), (ka trou-ra) ou (ka trou-ros). Autres exemples : après (o-près) (o-prèh) (o-prè) (o-pré) ; aquelas (o--los) « ces » ; aquestas (o-kés-tos) « ces » ; as rason ( ro-zou) ; aranhós (o-ro-niou) (o-ro-nious) (o-ro-niouh) (o-ro-niou-é) « hargneux » ; Chalendas (tso-lén-do) (tso-lén-doh) (tso-lén-da) (tso-lén-dos) « Noël » ; chinàs (tsi-nas) (tsi-nah) (tsi-na) « gros chien » ; de gentes pòrres (dé dzén-tès pouo-ré) (dé dzén-tèh pouo-ré) (dé dzén-tèh pouo-rèh) « de jolis poireaux » ; de peissons (dé péï-sou) (dé péï-souh) (dé péï-sous) « des poissons » ; dos (dous) (douh) (dou) « deux » ; es (ès) (èh) (è) (éi) (é) (i) « il est / elle est » ; escòla (ès-ko-lo) (èh-ko-lo) (èï-ko-lo) (é-ko-lo) « école » ; fes (fès) (fèh) () « fois » ; florís (flou-ri) (flou-rih) (flou-ris) « il fleurit / elle fleurit » ; florisses (flou-ri-sès) (flou-ri-sèh) (flou-ri-si) (flou-ri-sés) « tu fleuris » ; gris (gris) (grih) (gri) « gris » ; gròs (gros) (groh) (gro) « gros » ; guèspa (guès-po) (guèh-po) (guèï-po) (guè-po) « guêpe » ; las (las) (lah) (la)  « fatigué » ; las (los) (loh) (la) (las) « les » ; Las Botèiras (loï bou-tèï-ro) (loï bou-tèï-roh) (loï bou-tèï-ros) (la bou-tèï-ra) « Les Boutières » ; Las Nonèiras (loï nou-nèï-ro) (loï nou-nèï-roh) (loï nou-nèï-ros) (la nou-nèï-ra) « Les Nonières» ; Las Olèiras (lo zou-lèï-ro) (lo zou-lèï-ros) (lo zou-lèï-roh) (la zou-lèï-ra) « Les Ollières » ; Las Sanhas (loï so-nio) (loï so-nioh) (loï so-nios) (la sa-nia) « Sagnes-et-Goudoulet » ; las noses (loï nou-zé) (la nou-zé) (la: nou-zé) (los nou-zé) « les noix » ; los (lous) (louh) (lou) « les » ; Los Bancs (louï bon) (lous bon) « Saint-Joseph-des-Bancs » ; los pès (lous pès) (louh pès) (los ) (lou ) « les pieds » ; los tonèus (lous tou-nèou) « les tonneaux » ; mas (mos) (ma) « mes » ; mas braias (moï bra-io) (moï bra-ioh) (ma bra-ia) (mas bra-io) (mas bra-ios) « mon pantalon » ; mèstre (mès-tré) (mèh-tré) (-tré) « maître » ; nas (nas) (nah) (na) « nez » ; nòstras (nos-tros) (nos-troh) (nos-tra) « nos » ; parlas (par-los) (par-loh) (par-la) « tu parles » ; pasta (pas-to) (pah-to) (pa-to) « pâte » ; Pratles (pron-lé, pron-lè, pron-lèh, pron-lès) « Pranles » ; sas () « ses » ;  tas claus (tos klaou) (toh klaou) (ta klaou) « tes clefs » ; totes los autres (tou-tèï lou zaou-tré) (tou-tès lou zaou-tré) (tou-tès lou zaou-très) ; tres (très) (trèh) (trè) (tré) « trois » ; vòstras () « vos ».

s de fin de syllabe se prononce (s), (h), (ch), (i) ou (). Ainsi, selon les régions, fèsta qui signifie « fête » se prononce (fès-to), (fèh-to) ou (-to). Autres exemples : amistós (o-mis-tous) (o-mih-touh) (o-mi-tou) « affectueux, aimant » ; aquesta (o-kés-to) (o-kéh-to) (a-ke-to) « cette » ; bèstia (bès-tio) (bèh-tio) (-tio) « bête » ; bòsc (bouos) (bouoh) (bouoch) (bo) « bois » ; costar (kous-ta, kouh-ta) (kou-ta) « coûter » ; crosta (krous-to) (krouh-to) (krouch-to) (krou-to) « croûte » ; desconflar (dès-kou-fla) (dèh-kou-fla) (dé-kou-fla)« dégonfler » ; escondre (ès-koun-dré) (èh-koun-dré) (é-koun-dré) « cacher » ; escupir (ès-ku-pi) (èh- ku-pi) (é- ku-pi) « cacher » ; esmodar (èï-mou-da) (é-mou-da) « mettre en marche » ; espatla (ès-pon-lo) (èh-pon-lo) (é-pa-lo) « épaule » ; estacha (ès-ta-tso) (èh-ta-tso) (é-ta-tcho) « ficelle » ; estiu (ès-tïou) (èh-tïou) (é-tïou) « été » ; estripar(ès-tri-pa) (èh-tri-pa) (é-tri-pa) « déchirer » ; fenèstra (fé-nès-tro) (fé-nèh-tro) (fe--tro) « fenêtre » ; gostar (gous-ta) (gouh-ta) (gou-ta) « goûter » ; mesclar (mès-kla) (mèh-kla) (mé-klia) « mélanger » ; mostiala (mous-tio-lo) (mouh-tio-lo) (mou-tia-lo) « belette » ; nòstra (nos-tro) (noh-tro) (no-tro) « notre » ; vèspre (vès-pré) (vèh-pré) (-pré) « soir » ; vòstra (vos-tro) (voh-tro) (vo-tro) « votre » .

sm intervocalique se prononce (zm) ou (jm). Ainsi, selon les régions, le mot capitalisme qui signifie « capitalisme » se prononce (ko-pi-to-liz-mé) ou (ko-pi-to-lij-mé). Autres exemples : bodisme (bou-diz-mé) (bou-dij-mé) « bouddhisme » ; comunisme (kou-mu-niz-mé) (kou-mu-nij-mé) « communisme » ; umanisme (u-mo-niz-mé) (u-mo-nij-mé) « humanisme ».

-

La graphie ss sert à écrire le son / s /.

ss se prononce (s) ou (ch). Ainsi, selon les régions, le mot peisson qui signifie « poisson » se prononce (péï-sou) ou (péï-chou). Autres exemples : assetar (o-sé-ta) (o-ché-ta) « asseoir » ; eissut (éï-su) (éï-chu) « sec » ; gròssa (gro-so) (gro-cho) « grosse » ; passar (po-sa) (po-cha) « passer » ; promessa (prou--so) (prou--cho) « promesse » ; tussir (tu-si) (tu-chi) « tousser » .

T

La lettre t sert à écrire le son / t /.

(tro) qui signifie « trop » s’écrit tròp.

t se prononce généralement (t). Les mots taula et fretar qui signifient respectivement « table » et « frotter » se prononcent (taou-lo) et (fré-ta). Autres exemples : Astet (os-) « Astet » ; Tanargue (to-nar-gué) « Tanargue » ; tombar (toun-ba) « tomber » ; totas doas (tou-toï douos) « toutes les deux » ; totes dos (tou-tèï dous) « tous les deux ».

t devant i se prononce (t), (ki) ou (tch). Ainsi, selon les régions, le mot tirar qui signifie « tirer » se prononce (ti-ra), (kïi-ra), (ki-ra) ou (tchi-ra).

t devant u se prononce (t), (ti), (ki) ou (k). Ainsi, selon les régions, le mot fortuna qui signifie « fortune » se prononce (four-tu-no), (four-tiu-no), (four-kiu-no) ou (four-ku-no). Autres exemples : tu (tu) (tiu) (kiu) (ku) « toi ».

t final se prononce (-) ou (t). Ainsi, selon les régions, le mot det qui signifie « doigt » se prononce () ou (dét). Autres exemples : cubèrt(ku-bèr) (ku-bèrt) « toit » ; florit (flou-ri) (flou-rit) « fleuri » ; fumat (fu-ma) (fu-mo) (fu-mat) « fumé » ; prat (pra) (pro) (prat) « pré » ; rat (ra) (ro) (rat) « rat ».

tg se prononce (dz) ou (dj). Ainsi, selon les régions, le mot fetge qui signifie « foie » se prononce (-dzé) ou (-djé). Autres exemples : coratge (kou-ra-dzé) (kou-ra-djé) « courage » ; simplitge (sïn-pli-dzé) (sïn-pli-djé) « folie » ; vigòtge (vi-gouo-dzé) (vi-gouo-djé) « vigoureux » ; vilatge (vi-la-dzé) (vi-la-djé) « village ».

tj se prononce (dz) ou (dj). Ainsi, selon les régions, le mot totjorn qui signifie « toujours » se prononce (tou-dzou) ou (tou-djou). Autres exemples : coratjós (kou-ro-dzous) (kou-ro-djous) « courageux » ; vigòtja (vi-gouo-dzo) (vi-gouo-djo) « vigoureuse » ; vilatjon (vi-lo-dzou) (vi-lo-djou) « petit village ».

tl se prononce (nl) ou (l). Ainsi, selon les régions, le mot ametla qui signifie « amande » se prononce (o-mén-lo) ou (o--lo). Autres exemples : brutlar (brün-la) (bru-la) « brûler» ; espatla (ès-pon-lo) (ès-pa-lo) « épaule ».

tm se prononce (mm) ou (m). Ainsi, selon les régions, le mot setmanaqui signifie « semaine » se prononce (sém-mo-no) ou (sé-mo-no). Autres exemples : ritme (rim-mé) « ryhtme »,…

tz final se prononce (s), (h) ou (-). Ainsi, selon les régions, le mot latz qui signifie « côté » se prononce (las), (lah) ou (la). Autres exemples : crotz (krous) (krouh) (krou) « croix » ; dètz (dès) (dèh) () « dix » ; ditz (di) (dih) (dis) « il dit / elle dit » ; floriretz (flou-ri-) (flou-ri-rés) « vous fleurirez » ; fumatz (fu-ma) (fu-mas) « vous fumez » ; Martz (mars) (marts) « Mars » ; parlatz (por-la) (por-las) « vous parlez » ; ritz (ri) (rih) (ris) « il rit / elle rit » ; vitz (vis) (vih) (vi) « vis ».

U

La lettre u sert à écrire le son / y /.

(u-ni-vèr) qui signifie « univers » s’écrit univèrs.

u (ou ú) se prononce généralement (u) ou (œ). Les mots fumar et pertús qui signifient respectivement « fumer » et « trou » se prononcent (fu-ma) ou (fœ-ma) et (pér-tus) ou (pér-). Remarque : l’accent aigu indique la place de l’accent tonique dans le mot et n’altère pas la prononciation de la voyelle. Autres exemples :  abús (o-bus) « abus » ; ambigú (on-bi-gu) « ambigu » ; cluchièr (klu-tsié) (klœ-tsiè) « clochier » ; durmir (dur-mi) (dœr-mi) « dormir » ; musica (mu-zi-ko) (mœ-zi-ko) « musique » ; refús (ré-fus) « refus » ; Ucèl (u-sèr) « Ucel » ; las ussas (lo zu-so) « les sourcils ». Remarque : selon les régions, les articles un et una se prononcent respectivement (én), (èn), (œn) ou (ün) et (é-no), (è-no) ou (ü-no) ; un desèrt (én dé-zèr) (èn dé-zèr) (œn dé-zèr) (ün dé-zèr) « un désert » ; un rat (én ra) (èn ra) (ün ra) « un rat » ; un òsnouos) (è nouos) (u nouos) « un os » ; una escòla (é nès-ko-lo) (è nès-ko-lo) (œ nès-ko-lo) (u nès-ko-lo) « une école » ; una vila (é-no vi-lo) (è-no vi-lo) (ü-no vi-lo) « une ville ».

ua se prononce (uo), (u-io), (u-o) ou (ua). Ainsi, selon les régions, le mot pua qui signifie « dent de râteau » se prononce (puo), (pu-io) (pu-o) (pu-a) ou (pua). Autres exemples : cua (doublet de coa) (cu-io) « queue » ; eissuar (doublet de eissujar) (èï-sua) (é-su-ia) « sécher »

se prononce (uè) (ué) ou (œ). Ainsi, selon les régions, le mot uèlh qui signifie « œil  » se prononce (uèr), () ou (œ). Autres exemples : cuèr (kuèr) () « cuir » ; duèrm (duèr) (dœr) « il dort / elle dort » ; truèlh (truèr) (trœ) « pressoir ».

vuèlh (variante de vièlh) : (vuèl) (vèï)

uèi se prononce (uèï), (èï) ou (œ). Ainsi, selon les régions, le mot nuèit qui signifie « nuit » se prononce (nuèï), (nèï) ou (). Autres exemples : Lo Puèi (lou puèï) (lou pèï) (lou ) « Le Puy-en-Velay », puèi (puèï) (pièï) (pèï) « puis ».

ua se prononce (ua), (ia) ou (u-ia). Ainsi, selon les régions, le mot tuar qui signifie « tuer » se prononce (tua) ou (tia). Autres exemples : pua(puo) (pio) (pu-io) « dent de râteau » ; suau (suaou) (siaou) (su-aou) « tendre » 

uo se prononce (uou), (iou), (ïou) ou (iéou). Ainsi, selon les régions, le mot cuol qui signifie « cul » se prononce (kuou) (kiou) (kïou) ou (kiéou). Autres exemples : …

se prononce (uo) ou (io). Ainsi, selon les régions, le mot fuòc qui signifie « feu » se prononce (fuo) ou (fio). Autres exemples : luòc (luo) (lio) « lieu »

uòu final se prononce (uoou), (ioou) ou (io). Ainsi, selon les régions, le mot buòu qui signifie « boeuf » se prononce (buoou) (bioou) ou (bio). Autres exemples : uòu (uoou) (ioou) (io) « œuf »

V

La lettre v sert à écrire le son / v /.

(vér) qui signifie « vert » s’écrit verd.

v se prononce (v) ou (b). Ainsi, selon les régions, le mot venir qui signifie « venir » se prononce (vé-ni) ou (bé-ni). Autres exemples : la via verda (lo vio vér-do) (lo bio bér-do) « la voie verte » ; plorava (plou-ra-vo) (plou-ra-bo) « il pleurait / elle pleurait » ; vendre (vén-dré) (bén-dré) « vendre » ; vèspa (vès-po) (bès-po) « guêpe » ; vila (vi-lo) (bi-lo) « ville ».

W

w ne se trouve guère que dans le symbole w mis pour watt.

X

x initial se prononce (z) ou (j). Le mot Xavièr qui signifie « Xavier » se prononce (zo-vié) ou (jo-vié). Autre exemple : una politica xenofòba (é-no pou-li-ti-ko zé-nou-fo-bo) (é-no pou-li-ti-ko jé-nou-fo-bo) « une politique xénophobe ».

x intervocalique se prononce (s) ou (ch) dans certains mots. Ainsi, selon les régions, le mot taxa qui signifie « taxe » se prononce (ta-so) ou (ta-cho). Autres exemples : bòxa (bo-so) « boxe » ; fixar (fi-sa) (fi-cha) « fixer » ; sèxe (-sé) (-ché) « sexe ».

x intervocalique se prononce (z), (iz), (ij) ou (j) dans certains mots. Le mot exemple qui signifie « exemple » se prononce (é-zén-plé), (éï-zén-plé), (éï-jén-plé) ou (é-jén-plé). Autres exemples : examinar (é-zo-mi-na) (éï-zo-mi-na) (éï-jo-mi-na) (é-jo-mi-na) « examiner ».

Y

y ne se trouve que dans quelques rares mots empruntés.

Z

La lettre z sert à écrire le son / z /.

(zou) qui signifie « allons ! » s’écrit zo !

z se prononce (z) ou (j). Ainsi, selon les régions, le mot zèbre qui signifie « zèbre » se prononce (-bré) ou (-bré). Autres exemples : Berzema (bér--mo) (bér--mo) « Berzème » ; onze (oun-zé) (oun-jé) « onze »